The third mind

Publié le par vy

The third mind, ne compte aucun artiste français, les artistes sont pour la plupart très peu connus,  quelques-uns sont morts, d'autres ont abandonné l'art.  Il s'agirait, ai-je entendu*, d'"une expo méchante parce qu'elle donne une giffle au goût parisien. Elle montre ce qu'on n'a pas l'habitude de voir." Bien. Mais hum, je ne m'y connais pas assez en art pour percevoir si c'est ce que j'ai l'habitude de voir ou pas dans les expositions contemporaines. Je dirais que c'est une exposition sage et propre par rapport à ce qui se montre le plus souvent au Palais de Tokyo. Visitée hier, je reste sur ma faim aujourd'hui, sur une non-fin, l'impression de n'en avoir pas tout vu. Après digestion, il vous reste un petit creux là, serait-ce ce vide dont parlait Corinne Rondeau* ? "Une exposition qui produit du vide et qui impose de créer du plein. Et c'est le plein que le visiteur produit, ce n'est pas celui qui lui est imposé." Je fais quoi de mon petit creux, j'y retourne ?
* émission Tout arrive du 05/10/07, France Culture
Voici quelques morceaux de ma vision de cette expo (beaucoup d'autres choses mais le tri est toujours inévitable), photos prises dans le calme (ambiance totalement différente des jours de vernissage), photos plus centrées sur les oeuvres (que sur les visiteurs), tout comme mon attention aussi du même coup.




The third mind, jusqu'au 03 janvier 2008.
Renseignements sur le site du Palais de Tokyo (ouvert tous les jours sauf lundi de midi à minuit)
Conseil avant visite : téléchargez la fiche artistes.

Publié dans voir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

:0095: Maître Po 14/10/2007 23:33

Ça fait quelque temps que je ne suis pas allé au PdT (sur ton blog, aussi, d'ailleurs, et crois bien que je regrette plus ceci que cela) mais je vois que ça n'a guère changé (le PdT, pas ton blog) ;-)Mais j'irai malgré tout y faire un tour, ne serait-ce que pour la Renault (R21 ?)...

vy 15/10/2007 08:52

Je n'y connais rien en voiture. Par contre, je ne sais pas pourquoi mais je me sens toujours bien au Palais de Tokyo. Un peu comme dans un cocon, c'est le seul musée qui me donne cette impression "intime". Peut-être son côté "ouvert" ? C'est bizarre d'ailleurs, je dis cocon qui me renvoie à ouvert.