Tes mots, tu les balades comme un houla-hop...

Publié le par vy

... autour d'une taille qui s'indispose à onduler.  Il ajoutait : Tu cherches à te faufiler dans le labyrinthe. Ne me dis pas le contraire. Je te prends en flagrant délire. C'est quoi ce retour sur Héloïse ? Tu entreproses, maintenant ?
- Je quoi ? ...d'ailleurs, tu ne devrais pas être là. Tu n'es pas là. Mes pensées sont vides. Vides, vide.



" Tout se confond. Il pleut. Tous rient de me voir devenir folle. Je suis folle."
 
Bien. Je t'assure que ce n'est pas un problème. Ta folie me va, elle me mène, me porte, je l'encourage, l'exalte, l'ambitionne. Tu ne peux pas me faire disparaître sans m'avoir donné un nom, nom d'un p'tit bon'homme. Je ne sais toujours pas comment je m'appelle. Sophia !

(Sophia est en manque d'inspiration, certes certes, et elle gratte la vieille encre de textes poussiéreux. Peu importe, les mots se faufilent et se prêtent fort volontiers à mes essais de mises en formes.)

Publié dans labyrinthes de Jodhra

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article