La Théorie des cordes - José Carlos Somoza

Publié le par vy

Elisa Robledo est une personne qui vit dans la frayeur. Il y a dix ans, alors jeune étudiante très douée en physique, elle faisait partie d'un groupe de savants qui s'étaient isolés sur une île dans le but d'ouvrir le temps. Des images du lointain passé étaient apparues sous leurs yeux émerveillés : des dinosaures, Jerusalem à l'époque du Christ. Et puis quelque chose d'horrifique les avaient marqués, le visage d'une femme particulièrement mutilé... Quelque chose qui les avait secoués et à quoi ils avaient donné le nom d'Impact.
Tout s'était très mal terminé, quelques personnes du groupe étaient mortes, les autres avaient été évacuées d'urgence, et leurs vies avaient été bouleversées. Maintenant, dix ans plus tard, il s'avérait que les uns après les autres allaient être anéantis. Elisa vit seule en cette année 2015, toutes lumières allumées, et la vue d'un journal annonçant la mort d'un de ses anciens compagnons la met en état d'alerte. Entraînant avec elle un ami, elle rejoint les survivants de l'expédition, ils décideront qu'ils n'ont d'autres choix que de retourner sur les lieux de l'origine de la tragédie pour tenter de "réparer l'erreur".

[Qu'est-ce que la théorie des cordes ? Un sujet qui m'a passionnée en 2000 à la sortie d'un livre, L'univers élégant, de Brian Greene. La théorie de la relativité générale dont le domaine d'application est l'infiniment grand, et la mécanique quantique qui intéresse l'inifiniment petit, sont, semble-t-il, incompatibles entre elles. Seule la théorie du Tout pourrait les réunir mais cela apparaît comme un seuil infranchissable. C'est là qu'intervient la théorie des cordes qui pourrait réussir là où d'autres théories ont échoué, "les particules élémentaires s'y avèrent semblables à d'infimes bouts de ficelle, où l'espace-temps se déchire, se répare, se replie en dix dimensions invisibles, où le big-bang et les trous noirs prennent des forment inattendues" N'est-ce pas un sujet passionnant ?]
 
Ayant donc dévoré le livre de Brian Greene à sa sortie, je ne pouvais pas ne pas être attirée par le titre du roman de Somoza. Cette magnifique théorie ouvre les portes de l'imagination et c'est bien l'idéal pour en faire une fiction tournant au thriller. Car évidemment il s'agit d'une fiction comme le spécifie l'auteur à la fin du livre, encourageant, par ailleurs, à découvrir plus avant d'autres écrits sur cette théorie.

Je ne jugerai pas la qualité scientifique du livre, je serais bien à mal de le faire, l'auteur dit avoir été relu et corrigé par des scientifiques, je ne m'intéresse donc qu'au côté fictionnel, ce ne dut pas être très facile d'écrire un tel livre qui me semble bien documenté. La première moitié du livre est plutôt terrifiante, jonchée de scènes carrément gores (âmes sensibles s'abstenir) et l'atmosphère du livre me perturbait, la seconde moitié est passionnante car le suspens monte de plus en plus et les raisons de la monstruosité qui dépècent peu à peu le groupe des physiciens se dévoilent au fil des chapitres. La fin va de surprise en surprise, le temps s'ouvre, la matière se disloque, j'ai beaucoup aimé la fin, elle nous laisse au temps de la réflexion. C'est plutôt jubilatoire. En refermant le livre, on se prend à penser à l'invisible, à ce qu'on ne peut percevoir, à nos limites de perceptions, au monde des atomes, à la merveilleuse constitution de la matière, on se prend à rêver plus loin, plus loin encore...

La Théorie des cordes - José Carlos Somoza (Actes sud)


Lisant les notes de l'auteur en fin de livre, je vois qu'il conseille (outre le livre L'univers élégant, cité plus haut), "un ouvrage délicieux" : La particule divine, de Léon Lederman et Dick Teresi. J'ai aussitôt fait une recherche sur le net, sans trouver le titre du livre, par contre en mettant les noms des auteurs en recherche, je tombe sur Une sacrée particule (paru chez Odile Jacob), sans doute cette Particule divine est-elle une erreur de traduction. Va pour la Sacrée particule, que je vais tenter de dénicher.

Publié dans lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flo 30/08/2007 09:25

Finalement,  je n'ai pas eu l'occasion de m'y replonger durant l'été... Les livres s'accumulent et je ne m'en sors pas !La vie d'une lectrice est inhumaine, y'a pas à dire :p

vy 30/08/2007 09:39

Tout à fait d'accord, c'est pareil chez moi, et bien obligées nous sommes de faire des choix et de laisser de côté certains livres qu'on se promet de... plus tard...  Mais c'est rassurant de voir qu'on n'est pas seule à subir l'assaut impitoyable des livres :-)

Nina 28/07/2007 23:39

Je viens de terminer ce livre et de le mettre sur mon blog, l'univers de Somoza est vraiment étrange et original moi j'aime beaucoup,  et puis ses notes à la fin du livre explique bien sa position d'écrivain face à ces théories scientifiques.A bientôt

Flo 11/07/2007 18:33

Bon, ok, je replonge très rapidement ! Tu es diablement convaincante ;-)

vy 12/07/2007 08:39

Et cela s'ajoute encore à tes lectures :-)

Jacques 08/07/2007 05:28

J'ai tout juste eu le temps de glaner ici et là... Ces Carnets sont magnifiques.  J'ajoute tout de go votre adresse à mon blogue Train de nuit (jazz-poésie dans le ciel montréalais) afin de traverserr chez vous d'un seul clic.  Merci de donner a lire ces vastes paysages.

vy 09/07/2007 20:11

Merci à vous de votre passage. A bientôt...