Le Présent d'incertitude - Henri Bauchau

Publié le par vy

"Nous avons à déchiffrer notre vie, notre être peu à peu, c'est notre tâche très mystérieuse qui nous demande de surmonter bien des résistances et des échecs..." H. B.

Des livres de Henri Bauchau, je dirais que ce sont des livres qui avancent avec nous. Nous ne sommes jamais tout à fait les mêmes en les relisant et ils auront toujours à nous donner plus. Bauchau écrit des romans, de la poésie, des pièces de théâtre et fait également paraître son journal.

 

Ce Présent d'incertitude portant sur les années 2002 à 2005, nous replonge dans la fin de l'écriture et la parution de L'enfant bleu *, roman paru en 2004 - dont il était déjà question dans son précédent journal Passage de la Bonne-Graine. On le voit ici travailler sur un livret d'opéra à partir de son roman Antigone **, mais aussi au fil des pages sa confrontation avec le grand âge qui le limite dans ses projets, son travail d'écriture qui l'épuise "Pour finir l'enfant bleu, j'ai cassé, je le sais bien, un des ressorts de ma santé. Je ne suis plus le même depuis lors, je ne puis plus travailler comme je le faisais, mais peut-être ai-je contribué, de façon invisible, à la bonté et à l'émerveillement du monde, en écrivant ce livre." Sans aucun doute car le don est réel et va dans le sens de la mission qu'il confie à chacun, ce déchiffrement de l'être.

 

Au fil des pages on croise entre autres des courriers de Sylvie Germain, de Nancy Huston, ainsi qu'une citation de Kenzaburo Oé. Bauchau relit ses précédents journaux, il travaille, puise encore et encore aux sources de la vie, remet sur le métier toujours, il nous mêle à l'intime de sa vie, ses souvenirs, ses fatigues, ses craintes, ses rires du soir, ses joies et ses tristesses, ses rêves, il montre aussi combien il est touché des lectures que l'on fait de ses livres, de l'accueil chaleureux que ses lecteurs lui donnent en retour de ce que lui leur a donné.

 

Le journal est moins fourni en citations que les précédents, certes on n'y trouve plus cet multitude d'auteurs qui donnaient tant de matière à découvrir pour le lecteur, bien que j'ai tout de même noté quelques titres de livres. Nous sommes face à un très vieil homme qui vit dans ce présent d'incertitude mais ne cesse d'être animé d'espoir et d'envie d'aller plus loin. Un livre touchant qui porte en lui d'autres livres à venir et pour nous l'attente de vous lire encore monsieur Bauchau.

---------------

A l'époque de la sortie de L'enfant bleu, en septembre 2004, j'avais relevé quelques mots dans un article du Nouvel Obs : "Pour Bauchau, la création artistique est un évènement, une épiphanie, une apparition, un arbre dont il sonde les racines et les montées de sève. Et, on le sent bien, il est intimement persuadé que cette grâce est aussi le lieu de partage. Comme si chacun de nous portait en lui la semence d'une oeuvre future. Ainsi nous aurions pour tâche principale dans l'existence de nous encourager les uns les autres à prendre notre envol, à faire advenir ce tableau, ce poème, ce roman."

---------------

* L'Enfant bleu, c'est l'histoire d'Orion ("mon bien cher Orion"), un jeune psychotique enfermé dans son labyrinthe intérieur et que Véronique, psychanalyste (comme le fut Bauchau), va au fil des années libérer en révélant l'artiste qu'il abrite en lui. Un long et dur chemin guidé par l'espoir et la compassion. Orion personnage fortement inspiré par Lionel, devenu l'ami de l'écrivain et qui vient lui rendre visite dans les pages de son dernier journal, Le Présent d'incertitude.

** Antigone qui fait suite à Oedipe sur la route. Deux romans dont je conseille fortement la lecture. (voir un extrait du livre dans l'article précédent)

 

 (Le Présent d'incertitude - Henri Bauchau - ed. Actes Sud)

bauchaupresinc.jpg

 

 

 

Publié dans lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nath 14/05/2007 19:51

hé hé... je suis en train de le lire "Antigone" ;-)je le commence à peine.... mais il plait déjà ! 

vy 14/05/2007 21:31

Super ! Lorsque j'ai terminé Antigone, je me souviens que j'étais comme habitée par le personnage, elle reste un de mes plus beaux souvenirs de lectures, et je crois qu'elle reste en nous pour toujours.Antigone est la suite d'Oedipe sur la route (dans lequel Antigone accompagne son père Oedipe jusqu'au bout de son chemin).  Si tu aimes Antigone, tu auras sans doute envie de lire cet Oedipe qui est tout aussi bon. J'ai moi-même commencé par Antigone, qu'un ami m'avait conseillé. Je pense les relire dans l'ordre d'ici quelques temps.